• Loctudy

    L'art de vivre au manoir de Kerazan

    Vue de la route.

    Vue du parc.

    1765. C'est la date de création du jardin à l'anglaise à Kerazan : pelouses en pente douce... Le potager et sa serre , le lavoir, le vivier sont les témoins du quotidien au domaine.

    1928. C'est en 1928 que Joseph-Georges Astor a légué à l'institut de France le parc de 5 hectares, des communs et le manoir de Kerazan.

    La demeure érigée aux XVI et XVIIIe siècles est en granite. A l'intérieur, on découvre le raffinement et le confort d'une famille de notable, les Astor.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    La cuisine

    Le grand salon. Il a été aménagé au milieu du XIXe siècle par Alour Arnoult.                                      Les boiseries sont de style Louis XVI. Devant la cheminée, les fauteuils sont d'époque Charles X. A gauche de la cheminée, une table de jeu Napoléon III.

     

     

     

     

     

     

    La salle de jeux et la salle à manger

     

     

     

     

     

    Le fumoir et le salon de Mme Astor

     

     

     

     

     

    Joseph Astor. Natif de Figeac en 1816, il épouse Pélagie Férec, l'héritière du dernier sénéchal de la baronnie de Pont l'Abbé. Nommé maire de Quimper en 1836, il fut révoqué après la révolution de 1848. C'est le grand-père du donateur. Joseph-Georges Astor. A sa mort, en 1928 il légua ses biens à l'institut de France pour la création d'une fondation. 

    François Cosquéric


  • Pont-Croix

    Classée Petite cité de caractère

    x

    La capitale du Cap-Sizun se situe sur la route de la Pointe du Raz. Juchée sur un promontoire, la petite cité domine la ria du Goyen.

    Le Goyen. Autrefois, il faisait tourner les moulins. Le ruisseau devient ria à Pont-Croix et, sur 5 km il se prolonge jusqu'à la baie d'Audierne.

    Le port aux vaisseaux traduit du breton Porzh listri était actif entre le XVe et XIXe siècle dans ses échanges avec l'Espagne, les Flandres, l'Angleterre : export de produits agricoles et import de sel et de vin.

    x Rue Chère. Du verbe choir signifiant chuter, la Grande rue chère et la Petite rue chère sont pavées et, bordées de maisons de marchands, édifiées en granit entre les XVIe et XIIIe siècle.

     Clique sur l'image pour l'agrandir.

    2017. Pont-Croix devient la porte d'entrée de la Pointe du Raz, classé Grand site de France.                                                                   2019. La Petite cité de caractère se classe en deuxième position des plus belles communes de France, l'émission de France 2, animée par Staphane Bern.

    xXIe siècle. La cité aurait été bâtie au XIe siècle autour d'une motte castrale. La forme de la butte (triangulaire) et sa double enceinte se devinent toujours dans le tracé des rues : de la Prison, Aux oeufs, Rosmadec et Laënnec.

    Clique sur l'image pour l'agrandir.

    x

    x

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    x

    ...Rue de la prison, en 1907. Deux à trois fois par mois, la foire se déroulait le jeudi : la vente du bétail était l'affaire des hommes. Les ventes se concluaient en Breton. Clique sur l'image pour l'agrandir.

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    Le petit séminaire Saint-Vincent. Le couvent d'Ursulines fondé en 1652 est fermé à la Révolution et, en 1822 devient petit séminaire jusqu'en 1975. Il a compté jusqu'à 400 élèves en 1900.

    x

    Le Marquisat. Construit vers 1550, c'est l'ancien logis des seigneurs de Pont-Croix, transformé en musée du patrimoine (accès gratuit) depuis 1997. Clique sur l'image pour l'agrandir.

    xx

     

     

     

     

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    La maison noble du Marquisat est mitoyenne de la Maison commune, un ancien auditoire de justice. On y rédige en 1789 les cahiers de doléances, avant de devenir le siège du district révolutionnaire, puis première Maison commune de Pont-Croix.  xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    x

    Costumes du Pays. Outre sa fonction de protection, il situe la position sociale de celui qui le porte : broderies. Il permet de localiser la paroisse a moment des foires et marchés, des fêtes et pardons.......

     

    xClique sur l'image pour l'agrandir.

     x

     

     

     

     

    Clique sur l'image pour l'agrandir.

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    x

    L'église Nore-Dame de Roscudon date des XIIe et XIIIe siècles. De sa première construction, elle a conservée sa nef et des travées du choeur.                                                                                             La façade méridionale témoigne des embellissements successifs. Le porche (fin XIVe siècle) est surmonté d'un gable-triangulaire orné d'un réseau de quadrilobes et de trilobes. Pour permettre le passage des charettes, en 1691, le porche a été raccourci.

    xx

     

     

     

     

     

    Les piles du transept contrastent avec les colonnettes de la nef surmontées par des chapiteaux sculptés portent une solide tour de granit. Cette dernière a servie de base pour la construction de la flèche, au milieu du XVe siècle.


  • L’Odet prend sa source dans les Montagnes Noires, à Saint Goazec, au lieu-dit « Youenn  ar Vouster » (Yves du monastère). Les montagnes noire traduit par « Menez Du » en breton. Le ruisseau se transforme en rivière pour descendre vers Quimper en terminant dans l'estuaire entre Bénodet et Sainte Marine.

    L'histoire des Vire-court. Entre Quimper et Benodet, non loin de Pors-Meilloù en Gouesnac'h, la largeur de l'Odet devient moins importante au niveau de coudes très prononcés. C'est là, au XVIIe siècle qu'une flotte Espagnole a préférée virer de bord croyant être proche de la fin de la zone navigable de la rivière et, ainsi abandonnant ses intention de piller la ville de Quimper. Ce fait d'histoire trouvera un prolongement dans la dénomination de ce tronçon de voie navigable devenu les Vire-court alors que sur la rive gauche, à Gouesnac'h, la pointe s'appelle désormais la Pointe des Espagnols et, la peinture blanche qui la recouvre sert d'amer pour la navigation. Sur la rive droite (Plomelin) on remarque le château de Kerambleiz.


  • Combrit

    Les 10 ans du musée de l'abri du marin

    1888. C'est l'année où Jacques de Thézac s'installe à Sainte-Marine. Le philanthrope s'émeut des conditions de vie difficile des pêcheurs.

    1910. C'est l'année de construction de l'abri du marin, lieu d'accueil pour les pêcheurs lorsqu'ils ne sont pas en mer.

     

     

     

     

     

     

    Or. C'est la couleur de la monnaie de Paris éditée pour fêter les 10 ans du musée. A vendre 2 € l'unité, à l'accueil du musée de l'abri du marin.

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     

    Cliquer sur la photo pour l'agrandir. 

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx


  • Pouldreuzic

    " Sans hier, ni demain, aujourd'hui ne vaut rien " (Pierre-Jakes Hélias)

    Les mémoires d'un Breton du Pays bigouden

    xLe cheval d'orgueil. Dès sa parution en 1975, le livre rencontre un énorme succès. Vendu à plus de 2 millions d'exemplaires, l'ouvrage de Pierre-Jakes Hélias a été traduit en 18 langues.                                  La version Bretonne, Marh al lorh, envorennou eur Bigouter, est sortie en 1986. Cliquer sur la photo pour l'agrandir.

    Claude Chabrol, réalisateur, transpose à l'écran, en 1981, ce best-seller témoin de la culture populaire et du monde paysan.

    xDonation à la commune en 1992. Lors de l'inauguration de la salle municipale, Pierre-Jakes Hélias a dit faire don de sa maison natale, rue de Quimper : " elle est si modeste que ma bibliothèque n'y tiendrait pas... Ce n'est pas un cadeau royale... Une destination qui fera plaisir à mes parents dans l'autre monde. "

    En 1904, Alain le Goff achète la maison pour 1 500 Fr. En 1909, l'aîné de ses filles, Marie-Jeanne, épouse Pierre Hélias. Le jeune couple s'installe ici-même, à Pouldreuzic, sous le toit d'Alain le Goff.                                                           1914, le 17 février, Pierre Jacques Hélias voit le jour dans cette maison. Louisette, sa soeur, suivra huit années plus tard.                                         Années 20. Une partie de l'action décrite dans le cheval d'orgueil se situe dans cette maison imprégnée par la présence de sa mère et de son grand-père maternel.

     

     

     

     

     

    Le lit clos. Sur le fond en bois on déposait un fagot de genêts ou une botte de paille. Une couette de balles d'avoine recouvrait le tout. Un drap de chanvre, une couverture et un oreiller complétaient la literie.

    Le saloir. Il est en grés. Il servait à conserver les morceaux salés du cochon,  tué entre les fêtes de Noël et les Gras. On le plaçait sous l'escalier, le plus loin de la chaleur du foyer.

     

    x

     

     

    La cheminée. Coeur du foyer, la vie s'organise autour d'elle. Source de chaleur, elle servait à la préparation des repas.

     

    Best-seller

    Au plafond, des citations à lire.

     François Cosquéric

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique