• Tronoën : la cathédrale des dunes

    La chapelle de Tronoën : la cathédrale des dunes

     Aux abords de la chapelle, on trouve le plus ancien des sept calvaires monumentaux de Bretagne, toujours en place.

    Tro-an-aon (Tronoën) traduit du Breton signifie trève placée au bord d’une source. Jusqu’à la Révolution, la paroisse était considérée comme une trêve en fait une sous-paroisse - de Beuzec Cap-Caval, aujourd’hui devenue la paroisse de Plomeur.

    Occupation du site. Tronoën devient un village gaulois, entre l’âge de fer au IXe siècle avant J.C. Tronoën. Puis, Tronoën devient une place forte Gallo-Romaine destinée à défendre l’arrière-pays contre les attaques venant de la mer. On y célèbre le culte païen dédié à Vénus, avant de s'éclipser dès le VIe siècle, avec l’arrivée des Bretons venus de Grande-Bretagne.

    La construction du calvaire remonterait à la seconde moitié du XVe siècle (1450-1470). Pour la chapelle, compter sans doute une ou deux décennies plus tôt. Les commanditaires seraient les barons du Pont (Pont l’Abbé) dont les armoiries figuraient sur la verrière jusqu’à la fin du XIXe siècle. A noter que la Seignerie occupait tout le territoire de Cap-Caval à la fin du Moyen-Âge.

    Tronoën : la cathédrale des dunes

    C'est l’âge d’or économique dans une région où, depuis Penmarc'h  la flotte cabote entre les Pays-Bas et le Portugal : les activités portuaires de la pêche et du commerce sont l’égale de Nantes ou de Bordeaux. S'ajoute l’élan mystique de l’époque encouragée par les «frères mendiants» et les «frères prêcheurs» qui parcourent la campagne pour porter la Parole Sacrée. La ferveur religieuse va de paire avec les indulgences accordées aux généreux donateurs qui sont en partie à l’origine de l’édification des monuments religieux.

    Tronoën : la cathédrale des dunes

    Le calvaire repose sur un socle de 4,35 m x 3,10 m, le calvaire est un évangile taillé dans la pierre qui raconte la vie du Christ : de l’annonce de sa naissance à sa résurrection. C’est un véritable évangile taillé dans la pierre. Plus de cent personnages sont sculptés dans le granit de la région de Scaër et en kersanton, une pierre de la région de Brest proche du granite qui résiste bien aux intempéries.

    Tronoën : la cathédrale des dunes

     

    La lecture peut se faire à partir de la face Est et dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Ou face par face pour tenir compte des scènes ayant un lien les unes avec les autres et rappelant le message divin.

    Tronoën : la cathédrale des dunes

    Particularités du calvaire. Sur ce monument qui dégage une puissance émotionnelle forte, la chronologie des événements n’est pas toujours respectée. Autres particularités : Jésus est en position debout dans la scène de la Nativité ; on trouve une double scène pour le baptême du Christ ; des anges recueillant le sang du Christ en croix ; Il manque la mise au tombeau.

    Tronoën : la cathédrale des dunes

    La chapelle de Tronoën, appelée cathédrale des dunes. Le pardon est célébré le troisième dimanche de septembre. Depuis l'année 2012, le pardon est dédié aux sports de glisse (surfs, body, planches).

     LTronoën : la cathédrale des duneses vitraux (1990) veulent rappeler que la chapelle est dédiée à Notre-Dame des Douleurs et que la mer (bleue) et les dunes (jaune) sont toutes proches.

    Tronoën : la cathédrale des dunes

     

     

     

     

     

     

    Notre-Dame De Tronoën : statue de fin du XVe siècle.

     

    Visite guidée.

    - La voûte gothique en pierre : il en existe quatre dans le Finistère.        - Le pilier central qui supporte le clocher.                                        - L’autel de grande dimension (5,35 m), proviendrait d’une ancienne table d’offrandes, utilisée à l’extérieur lors des rassemblements de fidèles autour des « frères prêcheurs ».                                               - Statues. Deux anges adorateurs en bois posés sur le petit autel.            - Une piéta et une Vierge à l’enfant.                                                    - La statue de Notre-Dame des douleurs en bois polychrome.                - Les « piscines » finement ciselées de style flamboyant.

    Tronoën : la cathédrale des dunes

     François Cosquéric

     

     

     

     

    « Rouge et noirSalon des artistes »