• Clohars-Fouesnant

    1916. Lucien Simon s'était arrêté au Drennec

    Journées du patrimoine. Ce samedi, l’association des Amis de la chapelle a eut la bonne idée de dévoiler la reproduction d’un tableau de Lucien Simon. Une petite cérémonie à laquelle assistait le maire Michel Lahuec, une petite fille et deux arrière-petite-filles du peintre, ainsi que des représentants de l’association des Amis de Lucien Simon.

    Reproduction

    Le pardon du Drennec : la procession des chevaux en 1916. Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

    Le fichier numérique en possession de Renan Clorennec a servi à la reproduction de belles dimensions : 1 mètre par 2 mètres.

    Reproduction. Elle sera très prochainement mise sur le placitre, à l’entrée nord-ouest. Elle représente le pardon du Drennec. Les  chevaux ?  L'un des sujets de prédilections de Lucien Simon.

    Lucien Simon est né en 1861, dans une famille bourgeoise parisienne où, son père exerce comme docteur en médecine. Sa mère est issue d'une famille de commerçants et de juristes.                                   L’artiste découvre la Bretagne grâce à sa belle famille (Dauchez), avant d’acquérir en 1902 à Sainte-Marine, le sémaphore désaffecté qu'il aménage en maison de vacances et en atelier de peinture.                                                                                             L’État lui a acheté des toiles (La Procession, 1901 : musée d'Orsay) ; Le musée du Prado (devenu musée Reina Sofia lui achète : La Leçon de danse...                                                                                      Durant la deuxième guerre mondiale, il se retire à Combrit Sainte-Marine. Il y meurt en 1945. Il repose au cimetière de Combrit.

    Mercredi 25 septembre 2019, à Gouesnac'h                      François Cosquéric